• Chaleur insoutenable et secs orages,
    Sieste au soleil bercé par le chant des grillons
    Baignades et châteaux de sable sur la plage
    Ah l'été, quelle amusante saison.

    Tapis de feuille et flaques d'eau sur les chemins
    Pour éviter la pluie sortons les capuchons
    Cartables et cahiers pour ces joyeux gamins
    Ah l'automne, quelle belle saison.

    Pain d'épice et vin chaud pour les plus grands
    Douces soirées autour du feu de la maison
    Paysages sous la neige devenus blancs
    Ah l'hiver, quelle joyeuse saison.

    Sur les arbres s'ouvrent de beaux bourgeons
    A nouveau on entend le doux chant des oiseaux
    Ah le printemps, quelle fantastique saison.
    Ne trouvez-vous pas que le monde est beau ?


    3 commentaires
  • Je suis un enfant de la lune
    Et à travers mes rideaux prunes
    Je l'observe, cette reine de la nuit,
    Grande boule blanche qui me sourit.

    Je suis un enfant de la nuit
    Et tel Pierrot en Italie
    Je vante sa beauté
    Sur une scène bleutée.

    Je suis un enfant qui appartient
    A une autre catégorie d'humains,
    Ceux qui ne sortent pas la journée
    Et qui errent une fois la nuit tombée.

    Mais je suis un enfant qui ne se plaint pas
    Car quoi que je fasse je serai comme ça
    Demain, l'an prochain et toutes les années à venir.
    Mais je sais que l'humanité cherche à me construire un avenir.

    Florence


    6 commentaires
  •   J'ai écrit ce poème pour le concours de poésie du collège, sur le thème "Couleurs". Des avis?

     

    Le vent

      Ce matin le vent a emporté dans ses bras
    Bien haut, très haut, tout ce qui se trouve ici bas.
    La rouge feuille d'érable du Canada,
    La neige blanche des banquises d'Alaska.

    Puis en Afrique il emporta le sable jaune
    Et l'orange des baobabs majestueux.
    C'est en France qu'il a volé le bleu du Rhône
    Et en Amazonie un vert très chaleureux.

    En Chine il emmena le gris de la muraille
    Et au Japon les roses fleurs de cerisiers.
    Ce matin le vent a emporté, où qu'il aille,

    Avec lui toutes les couleurs de l'arc-en-ciel,
    Et sans le faire exprès les a toutes oubliées
    Sur mon moulin à vent qu'il a fait tournoyer.

    Florence


    31 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique