• Orpheline

    PDV Djava

      Moi Djava fut née le 28 octobre je ne sais pas quoi, en 2000, non, en 19truc bon, je continue. Mes parents m'ont abandonnée toute seule dans la rue. Je suis Russe, non, Allemande, non, Australienne je pense. Personne ne me dit la vérité, tout le monde ment. JE CONTINUE JE N'AI PAS FINI ! Un jour un vieux monsieur vint me voir, je me souviens bien de ce jour car j'avais trois ans, un âge super important pour moi car je suis née à 3h33 et ça a toujours été mon chiffre préféré.
      Bon, le vieux monsieur me dit qu'il y avait un centre ou des personnes pouvaient m'accueillir et me trouver une place pour vivre dans un "orfolina-machin" ; je suivis son doigt et me rendis à un super gros, gigantesque immeuble ! Je cognai le plus fort que je pus à la porte, car j'avais trois ans. A ce moment, mon pantalon supposément blanc étaient plutôt brun-noir et dégoulinait de sang. La madame qui m'ouvrit la porte resta figée juste en me voyant. Je pense qu'habituellement les enfants sont avec leurs parents, et en plus j'étais sale, qui moi qui d'habitude était une petite fille mignonne, tout cela la choqua encore plus.
      Puis un monsieur, son mari je pense, peut-être, arriva et en me voyant fut lui aussi sous le choc, mais se reprit vite :

      Monsieur : Euh... dit-il. Où sont vos parents ?

      Aussitôt je commençai à pleurer, puis il comprit que mes parents étaient morts, mais en fait ce n'était pas vrai. Je lui expliquai alors mon cas :

      Moi : Depuis... snif... sept jours... mes parents...

      Et puis voilà, mes sanglots étaient de plus en plus forts et les larmes coulaient de plus en plus vite. Le monsieur semblait vouloir savoir la suite, alors il fit tout ce qu'il put. Enfin, la madame qui m'avait ouvert la porte se réveilla, et le monsieur lui expliqua la situation. Elle aussi commença à faire de son mieux. Pour me faire continuer. Après plusieurs minutes je me calmai. Je leur expliquai la situation, puis il me montra ma chambre et me dit que je devrai vivre avec ce que j'ai et que si je ne suis pas contente, je n'ai qu'à partir. Mais il y avait quelqu'un dans la chambre...

     

      Commentez
      s'il vous plaît
      coco_read

    « Petit mot avant de lireLe garçon »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :